Gadget

This content is not yet available over encrypted connections.

Sunday, February 13, 2011

Interdiction de photos à Orsay

J'ai lu un playdoyer pour l'interdiction des photos à Orsay.

Je trouve que le playdoyer en question est un fourre-tout au nom de la convenance sociale: Je m'explique, le fait qu'Orsay Commons soit une action discutable en protestation à l'interdiction, elle aussi discutable, de toute photographie au Musée d'Orsay est d'une évidence infantile.

Il est évident que les 'photographies', peut on encore parler de photographie quand il s'agit de les prendre avec des téléphones portables, sont de mauvaises qualités. Il est aussi évident que la portée de l'action n'est que symbolique, les amateurs d'arts iront dans les musées si ils ont envie de voir une œuvre d'art.

L'auteur du playdoyer prend un exemple avec la valse de Camille Claudel et en donnant une photo prise avec un Samsung, il me semble qu'on peut réaliser des photographies dignes d'être regardées de cette œuvre, en cherchant rapidement, j'en ai trouvé deux sur Commons, certes ce n'est pas à la portée de tout le monde d'avoir un Leica, mais les photos sont la...



La Valse par Camille Claudel
Photographie par Scott Lanphere
Licence: CCBYSA ou GFDL
La Valse par Camille Claudel
Photographie par Scott Lanphere
Licence: CCBYSA ou GFDL
Hormis la problématique de respect du droit d'auteur, les mauvaises langues remarqueront que Camille Claudel étant décédée en 1943, ses œuvres n'entreront dans le domaine public qu'en janvier 2014... Donc profitez des images sur Commons, le temps qu'elles soient effacées puis restaurées probablement début 2014...

Le problème en soit n'est pas d'être interdit de réaliser des mauvaises photos c'est juste de ne pouvoir en réaliser de correctes pour des œuvres pourtant entrées dans le domaine public.

Il n'y a donc ici, pas de débat sur le fait de rémunérer l'auteur ou ses descendants, puisqu'il ne s'agit pas d'art moderne, il y a juste la tentation de monétiser l'accès à l'œuvre originale, tel un garde barrière serait tenter de demander un droit de péage pour reprendre une image que j'ai entendu ailleurs.

Je concède que l'interdiction de prendre des photos au flash me parait la plus justifiée, le flash peut en effet dégrader le support d'une œuvre. Maintenant, l'interdiction de trépied est-elle plus discutable, il est parfois invoqué des raisons de sécurité, une gène à la circulation, des personnes pouvant trébucher et endommager les oeuvres, j'oserai donc demander ce qu'on attend pour interdire l'accès des musées aux handicapés, que ce soit en chaise roulante ou en béquille, ca me parait évident que le genre de risque est du même ordre, imaginez une seconde le drame: un handicapé en béquille trébuche devant la Vénus de Milo, le Radeau de la Méduse, la béquille part droit devant et provoque un trou dans le tableau (Note: la Vénus de Milo étant une sculpture, c'est plus difficile à endommager avec une béquille et techniquement impossible à assimiler comme un tableau, les lecteurs auront compris que je prends un exemple rocambolesque ici pour illustrer le problème.)

A moins bien sur, que l'interdiction de trépied ne soit juste pour éviter que des photos de qualité ne puissent être réalisées, ceci concurrençant le petit commerce de cartes postales et autres pratiques étranges associées à des œuvres pourtant du domaine public... Interdiction qui deviendrait insuffisante avec l'avancée des appareils photographiques numériques, et qui tactiquement, justifierai apparemment de les interdire...

Saturday, February 12, 2011

Quand le vandalisme devient pathologique

Il y a des jours ou je me demande vraiment ce qu'il se passe par la tête de certains contributeurs bloqués...

Par exemple ici, la, encore la, encore ici, la, ici, la, ici
et la..., bon j'ai été gentil, je vous en ai épargné quelques uns...

Ca me laisse songeur...

Thursday, February 10, 2011

Problématique du Multi-linguisme sur Commons

Bon c'est un billet d'humeur un peu particulier... Un récent vote sur meta m'a fait quelque peu tiquer...

En clair, le reproche est fait au candidat steward d'avoir une opinion sur le fait d'utiliser voir de privilégier l'anglais comme langue de communication...

La ou ca me gène, c'est que certes, en théorie, c'est très bien. Mais quand on passe aux choses pratiques, par exemple, sur Commons, c'est une autre histoire:
Commons dispose d'un certain nombre de langues possibles, notamment pour les pages de description et la communication sur Commons.

Cela se résume principalement, par l'utilisation de plusieurs types de techniques:
* des modèles dont la fonction principale est d'indiquer la langue d'un texte. Tel que {{en|...}}, on en a un par langue, utilisant le code iso correspondant, y compris le français, avec une exception notable: le Tagalog utilise {{tgl}} et non {{tl}} car ce dernier est utilisé massivement pour désigner des modèles...
* on a un modèle {{mld}} qui permet de synchroniser les traductions, toutes les langues pouvant être affichées, l'utilisateur pouvant choisir de les cacher toute sauf la langue qu'il parle (ou une autre langue...) ce qui a ses avantages pour vérifier des traductions que ce soit pour de la lutte contre le vandalisme ou des corrections quelconques.
* on a aussi {{LangSwitch}}, qui est assez similaire, mais qui fait la sélection sur la langue de l'utilisateur: le serveur n'envoie que la langue que l'utilisateur a choisit. Il ne peut donc consulter les autres langues sans forcer la sélection sur une langue donnée, à la base cela a été utilisé massivement dans les modèles.
* on a aussi l'imbitable système historique, qui a été utilisé uniquement sur les templates, basés sur {{autotranslate}} et le précédent LangSwitch, qui colle les traductions en sous-pages, je dit imbitable, car quand un de ces modèles déconne, on prie pour trouver rapidment la cause du bug et ne pas se creuser la tête à comprendre comment ca fonctionne... Fort heureusement, ce genre de modèle voit ses versions localisées sur translatewiki, les bouts de phrase étant maintenues la-bas, et donc plus sur Commons... Donc moins de soucis de maintenance pour nous, sur Commons...


Ce court topo fait, revenons à nos moutons: on peut décrire les fichiers en plus de 255 langues... C'est beau, mais en pratique, quand on dépasse 10 langues sur un fichier donné, c'est énorme.

Je n'ai pas de statistiques sous la main, mais bon,  sachant qu'on a 8 millions de fichiers sur Commons... sachant qu'une partie n'a pas de description, et donc aucune langue, sachant que ceux restants ont une description en anglais (ex: ici) ou dans une autre langue, parfois sans les balises de langue (ex: la), généralement la langue de l'uploader, on se retrouve avec des fichiers ayant 4-5 langues (ex: encore la)(ordre de grandeur raisonnable) dans la description.

La seule exception étant l'image du jour, qui tend à voir son nombre de langues augmenter, mais bon, ironie du sort, le fichier du jour est souvent protégée et non éditable, à tel point que la description associée est collée ailleurs... (ex: pour l'image du 10 février 2011) donc au final c'est cette description supplémentaire qui bénéficie des améliorations et non la description originale... Description pouvant être reprise plus facilement dans les endroits utilisant l'image du jour, tel que le Bistro de Commons.

Si certains se demandent comment j'ai trouvé mes exemples, ils viennent tous (excepté l'image du jour) de Un fichier au hasard...

Tous ca pour en venir au nerf de la guerre, la communication avec les autres utilisateurs: Je sais que certains se font fort de parler espéranto ou breton, mais bon quand la personne que vous avez en face ne le parle pas, la communication est vite réduite si vous ne causez que cette langue. C'est aussi vrai pour le français, pour le portugais et toutes les langues en fait. A partir du moment ou votre interlocuteur ne parle pas la langue que vous utilisez, cela réduit les chances de répondre à une question, il me semble donc assez évident que poser la question en anglais est une des façons d'avoir une réponse à votre question de manière rapide... Je ne dis pas évidemment qu'il faut décider de ne pas répondre aux questions en Klingon, encore que la Wikipédia en Klingon n'est plus maintenue par la Fondation... Je dis juste que pour obtenir une réponse, ben il faut s'en donner les moyens en utilisant une langue internationale, cad a minima l'anglais et les langues non-minoritaires sur le wiki ou vous contribuez...

Tuesday, February 1, 2011

La communication entre utilisateurs des Wikipédia - Les Boites Babel

Il existe un système de boite utilisateur utiles,
Je ne parle pas des boites utilisateurs "j'aime XXX" qui polluent certaines pages utilisateurs comme on peut trouver sur les profil facebook.

Je parle de celles qui existent à peu près sur tous les wikis de la fondation.
Je parle des boites informant le lecteur des langues que l'utilisateur maitrise.
C'est à dire les boites Babel.


Ainsi on trouve souvent la célèbre {{Utilisateur fr}} souvent couplée avec la tristement célèbre {{Utilisateur en-0}}.

On trouve a peu près toutes les déclinaisons par langue, avec des variations allant de 0 à 5... Suivant qu'on ne parle ou lit pas la langue en question ou qu'on la parle de manière 'professionnelle'.  On a aussi la variante pour désigner l'utilisateur dont c'est la langue de naissance, qui est probablement préférable à la version professionnelle...

La ou ca devient drôle, c'est qu'en grattant un peu, on s'aperçoit que les Wkipédias n'ont pas toutes les mêmes niveaux de langue dans les boites:
  • Sur la Wikipédia en français, les boites Babel vont de 0 à 5 niveaux.
  • Sur Meta, les boites Babel s'arrêtent à 4 niveaux.
  • Sur la Wikipédia en portugais, il n'y a que 3 niveaux de boites Babel .
Ce qui a des conséquences assez rigolotes, tel qu'un utilisateur parlant portugais demandant à un autre portugais qui candidate comme steward sur Meta si ses difficultés avouées à s'exprimer en anglais (Cf la boite niveau 2 en anglais) ne vont pas gêner ses futures fonctions...