Gadget

This content is not yet available over encrypted connections.

Tuesday, December 15, 2009

Du respect du droit d'auteur

Comme d'habitude, cela devient du 'faites ce que je dis, et non ce que je fais...'

Après que de nouvelles lois aient étés passées pour lutter contre le piratage 'culturel' (Cf. Hadopi 2.0, oui on rajoute un 2.0, comme on l'a fait pour le web 2.0), le groupe politique au pouvoir montre à nouveau le bon exemple (à ne pas faire, bien évidemment) en ne respectant pas le droit d'auteur...



En bref, le lip dub de l'UMP, non content d'être ridicule et niais, de pécher par ses cotés techniques (on notera le taillage au bistouri de l'audio à certains moments) s'avère être un piratage, puisque réalisé sans l'accord des ayant-droits...

On plaide l'erreur, mais bon, ce n'est pas la première fois que ca se produit... Je ne suis pas non plus contre les lip dubs et autres pratiques assimilées (y compris les musiques vidéos), c'est juste que j'estime que l'exemplarité devrait être de mise lorsqu'il s'agit de respecter la loi...

Je veux dire, je comprend que les étudiants de l'UQAM de Montréal réalisent un lip-dub...  je comprend que des fans puissent réaliser des AMV tels que celle-ci, je ne comprend pas quand il s'agit d'un groupe politique au pouvoir, alors qu'on est en temps de crise et qu'il y a probablement de meilleures choses à faire, à moins qu'il ne s'agisse d'un des nombreux ratés qui jalonnent la (future?) campagne pour les élections régionales?

Quant à la question sur l'identité nationale, je me conteterai de citer Cantona "un discours d'arrièrés pour arrièrés" et d'être d'accord avec lui pour affirmer qu'il y a d'autres priorités... Tout ca pour dire que je suis assez sceptique et pessimiste sur la future année 2010...

Friday, November 6, 2009

L'Agenda Wikimédia France est sorti

Allez, juste une note pour ceux et celles qui pourraient être interessés(ées).



L'Agenda Wikimédia France est sorti,
C'est un agenda édité avec inlibroveritas, ayant la particularité d'utiliser des images venant de Wikimédia Commons.



Le prix est de 25 euros, et 2000 exemplaires sont diponibles en tout et pour tout.
A priori, sur cette somme 9 euros sont reversés sous forme de dons aux projets de la Fondation Wikimedia.


http://www.inlibroveritas.net/agenda-wikimedia.html

Monday, September 14, 2009

Internet est un danger pour la démocratie...

Selon certains hommes politiques, Internet serait un danger pour la Démocratie.

Quand j'entends ce genre de chose, à propos de déclarations faites par une personnalité politique, je me dis que, le vrai danger pour la Démocratie, c'est ce genre d'individu...

Je ne peux que me réjouir en entendant que les propos limites d'une personne se retournent contre elle, tel un retour de bâton.

Force est de constater que l'exercice du pouvoir n'est plus ce qu'il était, et que les supposés puissants se permettent des mots et humeurs qu'un individu normal et sain d'esprit ne saurait accepter. On est bien loin des fables de La fontaine, et pourtant on s'en sent si proche...

Ah quand le prochaine épisode de cette sinistre mascarade où les protagonistes se plaignent de ce qu'ils devraient défendre?

Commentaire sur la génération Y (2)

L'article parle aussi de la publicité et du comportement de la supposée nouvelle génération face à cette dernière.

Si nos parents n'avaient pas le choix et devait la subir en regardant la télévision, il n'en ai rien du net.

Je n'ai jamais compris pourquoi on mettait des bandeaux de publicité sur un site web: En tant qu'utilisateur, cela m'exaspère et me donne généralement envie de ne pas cliquer sur un lien publicitaire. Cela me donne aussi envie de ne pas acheter le produit en question.

La publicité est soit intrusive et donc mal perçue, soit totalement inefficace:
Dans le premier cas elle ne donne pas envie d'acheter le produit, le reflexe étant de fermer la publicité quand elle apparait ou de faire autre chose.
Dans le second cas, par exemple les publicité sur deezer, comme l'activité principale est d'écouter de la musique avec le le navigateur en arrière plan, elle n'apparait pas.

On pourrait dire que les anti-ads sont la solution, mais je vois mal comment justifier le modèle économique actuel de publicité:


A terme, si on suppose une société ou tout le monde dispose d'un anti-ads fonctionnant correctement, il devient évident que l'effet de la publicité sera soit nul, soit pas très positif.

C'est pour ce genre de raisons que je pense que Wikipédia ne devra jamais pas concéder des encarts de publicité.

Thursday, September 10, 2009

Commentaire sur la génération Y (1)

Je suis tombé sur cet article, grâce à nojhan.

La lecture m'a évoqué beaucoup de comportements dans lesquels je me reconnais... Bien que je ne sois pas a priori de cette génération la...

J'ai un peu l'impression que l'on veuille attribuer des changements de comportement dus aux nouvelles technologies à une histoire de "fossé des générations". Je ne crois pas ce que soit le vraiment le cas.

Je résumerai ma pensée en "L'action entraine l'évolution et le changement."

Le web a 20 ans. (Tim Berners-Lee en 1989 au CERN.)
Il n'y avait rien de comparable entre ce qui existait alors et ce qui existe à ce jour.
On a eu droit à tout un tas d'avancées que beaucoup ont nommés 'Web 2.0', 'Web sémantique' etc.

Au final, les formats, les outils ont évolués ensemble. Les habitudes aussi. La boucles vertueuse des optimisations s'est mise en action:
On a découvert par exemple qu'on pouvait passer des informations ans avoir à recharger une page... ( ce qui a été appelé ensuite de l'"ajax"...).
Les logiciels ont évoluées, les moyens de passer l'information, le prix des PC* s'est démocratisé...

Les habitudes ont changées mais l'utilisateur intrinsèquement a du mal à s'adapter: il faut se re-adapter, se remettre en question en quasi-permanence. On peut se laisser porter par le flot des évenements, mais tôt ou tard, on découvrira de nouvelles choses et donc il faudra à nouveau devenir actif et apprendre...

Ce raisonnement évidemment ne fonctionne que si vous êtes connectés. Internet est un mode actif, on ne peut dire la même chose des médias traditionnels, dont l'évolution est beaucoup plus lente, presque figé et quasiment unidirectionnelle en ce qui concerne la diffusion de l'information...

Pour les non-connectés, cela signifie qu'un écart se creuse entre ce qu'ils connaissent et ce qu'ils doivent apprendre, d'où l'invocation d'un décalage générationnel. Mais en fait, ce n'est pas un phénomène de génération, c'est juste la conséquence de laisser les autres prendre de l'avance consciemment ou inconsciemment.

Au final je crois qu'il est juste faux de considérer que les usages de l'homme sont figés, ils évoluent en permanence et lorsqu'on invoque des conflits de générations, c'est juste histoire de nier que l'évolution est en train de se produire sous nos yeux et que nous sommes en train de louper volontairement ou involontairement le train...





*: Oui je dis PC car je ne crois pas qu'on doit la baisse de prix aux Macs et autres machines atypiques.

Tuesday, September 8, 2009

Petit conte wikipédien - Une variante du petit chaperon rouge...

Il était une fois un petit chaperon rouge qui vivait dans un village.
Un loup vagabondait alors dans la foret proche...
Les villageois dirent impérativement au petit chaperon rouge de ne pas aller dans cette foret, et que croyez vous qu'il advint?
Le loup mangea le chaperon.

En bref, ce n'est pas en disant aux gens ce qu'on pense qu'ils doivent faire qu'on obtiendra forcément d'eux qu'ils le fassent... même en supposant qu'on puisse avoir les meilleures raisons au monde. Cela peut avoir et aura certainement l'effet inverse pour une partie non négligeable d'entre eux...
 
Bien sur, je ne doute pas du bien fondé des votants, aprés tout ils sont libre de voter pour ou contre ce qu'il veulent. Maintenant je ne peux que regretter qu'on doive se demander quelle est l'impacte d'une démarche malheureuse et qui doit en porter la responsabilité, à savoir l'erreur d'une personne doit elle entacher le travail réalisé par d'autres personnes pour formaliser la prise de décision?

Friday, September 4, 2009

Du festival de BD de Sollies (2)

Je reparle du Festival de Sollies Ville.

Cette année la il y avait 40 auteurs invités.
C'est moins que l'an précédent, probablement du avec un conflit avec la mairie sur un problème de subvention. En ces temps de crise, l'argent reste le nerf de la guerre... Il est fort probable que la Mairie ne voit que les retombées négatives (problème de parking, rues bloquées, gêne sonore, etc.) sans voir les aspects positifs et culturels: J'ai beau habiter à 10 km de la, si il n'y avait pas un festival à Sollies Ville, je n'y aurai probablement jamais mis les pieds, comme beaucoup d'autres. On pourrait arguer des avantages et désavantages de la renommée d'une ville ou d'un village, mais bon au final ce n'est pas mon propos ici.

40 auteurs veut dire possiblement 40 articles de Wikipédia et possiblement au moins 40 photos à mettre sur Commons.



Si je prends la liste des auteurs et que je regarde ceux qui ont un article, ceux qui ont une image sur l'article, j'en arrive à ces statistiques:

Pas d'article sur Wikipedia francaise:
(Pour certains des photos sont présentes sur Commons par contre.)


    1. Cartier
    2. Collignon
    3. Donsimoni
    4. Patrice Garcia
    5. Philippe Gauckler
    6. Lacaf
    7. Moriquand
    8. Sandoval
    9. Sicomoro
    10. Taittinger
    Article présent sans photo:

    1. Burns
    2. Crisse 
    3. Hermann 
    4. Keramidas 
    5. Lauffray 
    6. Margerin 
    7. Mouly 
    8. Plessix 
    9. Ware
      Article présent avec photo de Sollies 2008;
        1. Berberian
        2. Carrère
        3. Cosey
        4. Gibrat 
        5. Lepage
        6. Loustal 
        7. Marlier 
        8. Meynet 
        9. Pinelli 
        10. Smudja 
        11.  Valp
        Article présent avec une autre photo prise lors d'un festival:

        1. Dany
        2. Denis
        3. Neel
        4. Ptiluc
        5. Spiegelman,
          photo prise lors de l'Alternative Press Expo
          (Oui l'article fr n'existe pas.)
        6. Tota 
        7. Trondheim
        Article présent avec une autre photo hors contexte festival:
        1. Bilal,
          photo prise lors du forum libération par David Monniaux.
        2. Mattotti
          Au final, la moitié des auteurs n'ont pas de photo ou pas d'article.
          Bien sur, les critères d'admissibilité peuvent jouer, mais bon... Je note que les festivals sont l'occasion d'obtenir des photos, avec ou sans le bon vouloir des organisateurs de festival, c'est à dire: Quand on peut obtenir une autorisation presse, tant mieux, sinon ce n'est pas grave, une photo dans des conditions moyennes restera mieux que pas de photo du tout.

            Wednesday, September 2, 2009

            Commons atteint les 5 millions de fichier


            Wikimedia Commons a atteint aujourd'hui les 5 millions de fichier.

            On parle de choisir le fichier qui a dépassé le nombre magique, mais bon au final ca n'a pas beaucoup d'importance. Ce n'est pas un fichier qui est important, mais le fait qu'on dépasse symboliquement le nombre de 5 millions de document.

            En bref les images qui ont été uploadés à ce moment la:

            • La 4999997eme - Une image provenant des archives du MEDEF.

            • La 4999998eme - Une image venant du Japon.





            • La 4999999eme - Une lettre attribuée à Mêre Theresa.

            • La 5000000eme - Une numérisation d'une page d'un journal danois datant de 1838. (L'heureux gagnant qui sera probablement retenu pour les communiqués de presse.)



            • La 5000001eme - Un tableau censé représenter le visage du Christ sur un suaire.



            • La 5000002eme - Un buste de Joseph Prestwich.


            • Le 5000003eme Une photo que j'ai prise ce weekend au festival de Sollies Ville.


            • Le 5000004eme Une autre image venant du Japon...






            Au final je trouve que le document historique convient trés bien. Il a l'avantage d'offrir une image de la diversité de Commons tout en restant relativement neutre, en supposant qu'il n'y a bien sur pas d'obscenités écrites en danois dessus.

            Monday, August 31, 2009

            Du poids de la Suisse...

            Un breton anonyme habitant Fribourg m'a demandé si il était possible de connaitre le poid (plus ou moins) total de la catégorie mère des fichiers de Commons apparenté à la Suisse.

            C'est à dire  [[Category:Switzerland]] et toutes ses sous catégories...

            En excluant bien sur des bizarreries structurelles qui font que les images correspondant au domaine de l'empire romain se trouvent catégorisées en Suisse (et d'en d'autres pays), avec le même problème pour la Gaule Romaine, les guerres de la révolution française, l'histoire militaire de France et la catégorie allemande autrichienne et suisse correspondant aux trains...

            Au final cela donne ce résultat:

            • 905 pages.
            • 15133 catégories.
             
            La répartition montre qu'on a peu prés la moitié des images de tailles inférieures à 2 mega pixels, c'est à inférieures à 2000x1000 pixels...



            • 54746 fichiers uniques
            • pesant 54 go...

            Ce qui nous donne une moyenne d'1 mo par fichier.

            Je ne sais que trop conclure, si ce n'est qu'il exclu en l'état de faire un dvd avec les images en question. Je n'ose conclure que les suisses sont lourds, cela pourrait être mal interprété :D

            Du festival de BD de Sollies (1)

            Je reviens du Festival de BD de Sollies Ville...
            Revenir est un grand mot, j'habite à 10-15 km de Sollies-Ville...
            C'est la deuxième fois que j'y vais, même si je passe surtout mon temps à prendre des photos et à me balader sur le festival.
            Je vais essayer de faire un bilan de ce que j'ai perçu en tant que 'spectateur':

            Les points négatifs:
            • Un manque en structure d'accueil: peu de place pour se garer, les hôtels pour ceux qui sont loin sont soit à Sollies-Pont, soit à la Farlède... Pour ceux qui ne connaissent pas le site, il faut dire que Sollies-Ville est au sommet d'une butte, il y a donc un dénivelé de 400 mètres entre le village et les villes pouvant accueillir des personnes. Je sais qu'il n'y a pas beaucoup de place, mais bon ca fait quand même bizarre d'organiser un festival et de voir qu'on demande aux gens d'aller se garer à trois kilomètres... Même chose, pour les distributeurs de billet, il n'y en a aucun sur place... Sachant que les boutiques n'acceptent généralement pas la carte bleue, cela oblige donc à se trimballer avec du liquide...
            • Les auteurs sont annoncés à 15h00 mais en pratique il faut attendre entre 17h et 17h30. Bien sur, certains auteurs sont plus présents que d'autres, mais bon cela ne change rien au problème. Pourquoi annoncer le début des dédicaces à 15h alors qu'on sait pertinemment qu'il n'y aura pas de dédicace avant 16h30...
            • Le fait que tous les auteurs soient regroupés autour des deux 'sponsors' principaux n'aide pas, les files d'attente peuvent se faire sous un soleil de plomb, il n'y pas de place pour circuler... Je n'ose même pas discuter des contraintes de sécurité non respectées en cas de mouvement de foule ou de panique...
            • Il n'y avait aucune annonce ou centralisation quelconque des événements, par exemple, il y avait un système de ticket pour les dédicaces de certains auteurs, mais aucune communication sur le dit système...
            • L'absence de poubelle était aussi un peu gênante, je sais qu'on est en vigi-pirate rouge, mais bon, je n'ai compté qu'une seule poubelle dans tout l'endroit. (au fond, à coté des fanzines...), j'avais aussi constaté le même problème l'an passé...

            Les points positifs:

            • Le fait que ce soit gratuit. Je sais que c'est une volonté des organisateurs, d'une part cela serait difficile de demander aux gens de payer vus les contraintes techniques, d'autre part cela se traduirait par une baisse de l'achat des participants, vu que leur budget n'est pas extensible.
            • Une bonne ambiance due au mois d'aout et à la fin des vacances. On est plus forcément en vacance, mais c'est comme si on l'était encore...
            • C'est l'occasion de rencontrer des auteurs de BD et de découvrir leur travail, de savoir comment ils pensent et comment ils sont dans la vie.
            • Il y a des expositions temporaires qui sont intéressantes, il y a aussi un stage de BD avant le festival pour les moins de 25 ans, qui est gratuit.
            • les conférences / discussions / interviews qui peuvent aussi être intéressantes, même si parfois, on suspecte que les participants/participantes ne sont pas forcément intéressé(e)s par celles ci. Mais bon nul n'est obligé d'être intéressé par tout sujet, donc on peut comprendre certaines réactions.

            En bref, c'est un festival intéressant mais qui pêche énormément du coté organisationnel, c'est certes lié au manque de place mais bon j'ai le sentiment qu'il n'y a plus que ca, surtout si on considère que cela fait 21 ans qu'il est organisé...

            Tuesday, August 18, 2009

            Wikipédia est Libre de droit...

            Je rage quand je lis des âneries pareilles et je me dit que cela vaut bien un post...

            Wikipédia n'est pas libre de droit, on parle d'encyclopédie libre ou de projet d'encyclopédie libre, car les licences utilisées respectent les libertés fondamentales.

            C'est à dire, en transposant à du texte et à des images, les droits
            • d'accéder un document en lecture. (C'est à dire consulter le document...)
            • d'étudier un document et son code source quand il est existant. (C'est à dire consulter la syntaxe wiki ou le script html d'une page web.)
            • de redistribuer des copies du document. (C'est à dire de le partager avec d'autres personnes sans restriction.)
            • de modifier un document. (C'est à dire de l'améliorer.)

            Un document sous licence libre peut très bien avoir des contraintes qui permettent de garantir ces dites libertés. Il n'est donc pas 'Libre de droit' (qui sous entend que son auteur abandonne tous ses droits sur le dit document.)

            Ainsi la GFDL impose que vous citiez la licence, les auteurs du documents et d'autres contraintes variables selon les versions...

            Ainsi la licence Creative Commons Share Alike et ses sous-variantes imposent que tout document modifié soit publié sous la même licence.

            Parfois les licences sont plus permissives et ne demandent que de citer l'auteur quand c'est légalement obligatoire, comme par exemple la WTFPL, parfois elles demandent de respecter plus de contraintes.

            L'essentiel est qu'elles offrent le choix entre plusieurs possibilités, selon les préférences des auteurs.

            Monday, August 3, 2009

            Des techniques de panorama

            Panorama de la Basilique de St Maximim La Sainte Baume en fausse couleur
            J'ai un hobby, en plus de faire de la photographie, c'est celui de faire des panoramas.
            Donc en plus de présenter le sujet, je vais aborder les différents types de panorama tels que je les perçois.

            Wikipédia définie un panorama comme une vue en largeur d'un espace physique.

            Je le concevrai comme prendre des photos pour représenter un espace de vision plus grand que ce qu'on peut percevoir, en d'autres termes, un appareil photographique peut prendre des photos selon un angle de champ donné, généralement entre 45° et 60°. On peut très bien prendre des photos en faisant tourner l'appareil photographique sur un axe et donc couvrir plus de largeur. On peut aussi étendre en hauteur, cela reste la même technique, plus ou moins... On peut finalement ainsi couvrir toute la sphère visuelle.

            On trouve de nombreuses possibilités et applications tirant parties des techniques de panorama:

            • Des images zoomant une zone et permettant d'avoir une photographie d'apparence classique mais avec plus de détail...

            P1040261 masques

            • Des images assemblées ensemble, qui ont certes un peu de déformation, mais qui permette d'avoir un angle de vue plus utile et pratique...

            Cour de l'hôtel d'Assezat à Toulouse

            • Des images utilisant des optiques sphériques, dites Fisheye, qui permette de couvrir plus de largeur, mais avec une déformation non négligeable...

            Fisheye Photo

            • Des images assemblées en circulaire, permettant de décrire la totalité d'un paysage...

            Panorama depuis la cour du batiment K

            • Des images assemblées selon des projections atypiques, permettant de représenter une vision improbable...

            Eglise de St Maximim la Sainte Baume, projection orthographique

            • Des images assemblées selon un panorama sphérique, couvrant la totalité du plan en 360x180° ...

            Saint Maximim la Sainte Baume

            • Des images prises avec différentes expositions qui se superposent et permettent d'avoir des photographies impossible à prendre, soit en utilisant la technique du HDR, soit en utilisant la fusion des expositions.

            La Vis aux alentours de Ganges

            • Des images utilisant la technique de fusion, mais avec des mises au point différentes, permettant une netteté optiquement impossible à atteindre.



            La liste est longue et non exhaustive, tout dépend de ce que le photographe veut faire.
            Tout dépend aussi des capacités de son ordinateur et de son matériel photographique...

            Sunday, August 2, 2009

            des vacances...

            Église d'Avenas

            En ces temps de vacance, l'étant moi même tranquillement chez mes parents dans le Beaujolais, j'ai l'occasion de regarder la télévision, objet insolite qui n'existe pas chez moi... (C'est un choix, bien évidemmment...)

            On y voit tout un tas de reportages et de titres , parlant de divers choses, des derniers morts de je ne sais ou, de la dernière psychose en date (le H1N1), des derniers noyés en date, à croire qu'on a pas grand chose à nous dire de vraiment important en ces temps estivaux, je dirai même mieux, ces morts, ces mauvaises nouvelles venant des quatres coins du globe, se deversant malsainement dans nos têtes est il vraiment si important que ca?

            Il est évident que c'est dommage pour les gens qui sont morts, mais bon, parler d'eux en tant qu'information du 13 ou 20h tel du voyeurisme ne les fera hélas pas revenir, parler des incendies ne fera les fera pas non plus s'eteindre, j'irai même à penser que cela pourrait donner de mauvaises idées et des tentations à certaines personnes et je n'oserai même pas penser de l'impact sur le long terme des fictions violentes diffusées en permanence...

            Non pas que je souhaite une censure quelconque, mais plûtot ne pas être noyé sous des informations dont la teneur est somme toute peu positive, nous naissons, nous vivons et nous mourrons... C'est ainsi que va la vie de notre société, il est évident que si on commence à lister tous les morts possibles, on a de grandes chances de déprimer...

            Tout ca pour dire que je souhaite des bonnes vacances à tous ceux et celles qui en prennent et je leur souhaite qu'elles se déroulent bien et qu'elles n'aillent pas faire la une du 13h ou du 20h...

            Monday, July 13, 2009

            De la tentative de monétisation du domaine public par les musées...

            De quoi je parle?

            De l'éternelle affaire des musées exploitant des œuvres tombées dans le domaine public et voulant manifestement s'en approprier l'exclusivité et le contrôle de l'image des œuvres en lieu et place des auteurs (qui sont généralement morts depuis généralement plus de 70 ans)...

            Le contexte:

            La NPG, National Public Gallery de Londres a apparemment fait des menaces juridiques à un utilisateur de Commons, qui avait uploadé sur wikimédia commons des images en haute résolution venant de leur site web, notamment:
            • Violation de copyright.
            • Violation de la protection des bases de donnée.
            • Contournement illicite d'une mesure technique de protection.
            Il est ensuite implicitement demandé à l'utilisateur de faire effacer les images en question.

            Je ne suis pas juriste, je ne commenterai pas trop ces violations, encore que, les œuvres datant du 19eme siècle, j'ai un peu de mal à envisager que le musée en question puisse prétendre à un droit particulier d'un point de vue logique. Il s'agit de photographie d'œuvre du Domaine Public, il me semble que la position officielle de la Fondation Wikimédia est de considérer les dites photos comme Domaine Public, si il n'y a pas d'originalité vis à vis de l'œuvre originale. LeTemplate PD-Art existe d'ailleurs à ce propos.

            Sur l'infraction aux droits de base de donnée, il me semble effectivement que les bases sont protégées contre l'extraction partielle ou totale. Maintenant, il me semble plus que les extractions ont été faites plus ou moins manuellement par l'utilisateur, les descriptions et meta données ne me semblant pas reprises sur Commons. (en excluant le titre et l'auteur de l'oeuvre, mais bon...)

            Sur le contournement de mesure de protection, le musée considère que son application permettant de regarder la photographie en zoomant est une mesure de protection. Soit, j'aurai personnellement tendance à classer cela comme l'interdiction de photographier dans les musées, ca ne rend pas à ma connaissance la photo 'illégale', maintenant la personne risque une amende (ou une expulsion du musée si prise en l'état)... Ca me donne un peu l'impression d'être poursuivi pour avoir cassé une chaîne posée sur une voix publique de manière illégale...

            Et après?

            J'ignore ce qu'il adviendra, d'autant que l'utilisateur n'a pas le pouvoir de répondre aux injonctions qui lui ont étés faites. Un utilisateur peut toujours demander l'effacement de photographies qu'il a pris (ou récupéré), mais il y a de fortes chances que rien ne se passe si il le demande. Je sais à ce jour, qu'il est représenté par un avocat de l'EFF (Electronic Frontier Fondation), l'avenir nous dira ce qu'il en sort à ce niveau la.

            Ce qui me chagrine dans l'histoire est que la mission d'un musée devrait être de promouvoir le domaine public et la culture s'y rapportant, et que apparemment, c'est juste un moyen de faire de l'argent... Je comprend qu'on veuille rentabiliser des frais, mais de la à prétendre des droits d'auteurs suite une numérisation, je trouve que c'est un peu osé...

            Situation que je constate plus ou moins généralement dans la plupart des musées, essayer de prendre en photographie des œuvres avec un trépied, on vous l'interdira généralement. Paradoxalement, la prise avec flash est parfois autorisée (ex: musée de la marine de Toulon) alors que cela dégrade les œuvres sur le long terme. Cette page recense d'ailleurs les différentes conditions pratiquées. Je sais qu'il y a quelques exceptions, mais bon généralement, le monopole des musées sur le domaine public semble vouloir rester un monopole... En gros, la photographie avec des moyens professionnel est possible, mais les conditions qu'exigent les musées en retour sont contraires aux licences libres.

            Plus d'information sur l'affaire que j'ai évoqué est disponible ici.

            Plus d'information sur la photographie en musée est disponible la.

            Tuesday, June 30, 2009

            De la (faible) visibilité des images remarquables des projets Wikipédia, un constat d'echec...

            Je sais le titre est long et peu clair, je m'explique:

            De quoi je parle?

            D'images présentes sur les projets Wikimédia.
            "Primées" pour des qualités données, selon des critères données,
            un peu comme on a des Articles de Qualité et des Bons Articles sur Wikipédia.

            Sauf que la ça se complique un peu,
            on a en effet:
            • des Featured Pictures (Images Remarquables - aussi noté COM:FP), pour des images d'une qualité exceptionnelle aussi bien sur le plan technique que sur le plan du sujet, on parle souvent d'effet 'WoW!' comme critère à propos de ces images.
            • des Quality Images (Images de Qualité - aussi noté COM:QI), pour des images dont la qualité technique est avérée et certaine.
            • des Valued Images (Images de Valeur - aussi noté COM:VI), pour des images qui ont une utilité assurée, notamment dans le cadre de Wikipédia.
            Ça ne s'arrête pas la: en effet, certains Wikipédia (dont la version anglaise) ont aussi des:
            Et évidemment, les critères sont sensiblement différents par rapport à ceux de Commons même si les buts semblent être les mêmes.

            Maintenant, revenons à nos moutons:

            Quel est l'intérêt de primer une image en tant qu'image remarquable, de qualité ou d'un autre label?

            On va me dire 'ben l'image est labelisée, elle est donc plus visible que les autres'.

            Le hic, c'est qu'il y a: (à ce jour, le 01/07/2009)
            FP/Commons: 2019 images. (tirés du nombre d'images de la catégorie associée.)
            QI/Commons: environ 5600 images. (obtenu par l'utilisation du modèle associé, on peut noter l'absence de catégorie mère qui permettrait des les retrouver plus facilement d'un coup.)
            VI/Commons: 739 images. (somme du nombre d'images des catégories correspondant aux mois de nomination.)

            FP/en wikipédia: 1825 d'après la page en question.

            QP/en wikipédia: 78 d'après la page en question, ce chiffre s'explique probablement par le fait que c'est une procédure nouvelle sur la version anglaise de Wikipédia et donc avec peu d'images nominées.

            Encore un autre hic, c'est qu'une image peut être primée sur une des Wikipédia et pas sur Commons, et vice versa. Les personnes donnant leur avis sur les dites images ne sont bien sur pas les mêmes, et on au dires de certains pas forcément les même habitudes si on doit comparer les wikis. Il n'y a donc d'équivalence que dans le nom et dans une qualité globale supposée.

            Il y a aussi des points à noter, tel qu'une forte présence de macro d'insecte, technique bien éprouvée, qui ne nécessite somme toute que le matériel adéquat, un insecte et de la patience, ce qui est quand même plus facile que de devoir attendre par exemple, un coucher de soleil avec tel ou tel nuage dans un endroit parfois pas forcément très proche... On va me dire que je chipote mais bon c'est juste pour le troll^W Sport...

            L'image est en général primée si plusieurs contributeurs supportent la promotion de celle-ci et que d'autres ne s'y opposent pas. En cas de problème, notamment avec des contestations possibles, une discussion plus poussée peut être engagée, afin de résoudre les différents.

            On peut aussi noter un gaspillage de ressource, de temps et de moyen, une image primée sur commons pouvant être labélisée au même titre sur en... Je sais, certaines personnes n'aiment pas Commons, d'autres disent que ce doit être un service pour les autres projets, ce serait bien, quitte à faire quelque chose de rigolo et d'inutile (mon point de vue bien sur, voir plus loin pourquoi), de ne le faire qu'une fois...

            Et tout ca pour quoi?

            Il y a un effet que je ne peux nier, c'est l'effet 'Image du Jour/Image de l'année'

            L'image du jour, que ce soit de Commons ou de Wikipédia anglaise est généralement choisie dans les images promues, donc il y a pour un jour donné une forte visibilité sur une image.

            Je vrais prendre trois exemples, deux images du jour et l'image lauréate de l'année 2008:
            • L'image du 26 juin 2009, représente la lune, les stats associées, montre un pic de 12500 hits le jour en question, pour des consultations épisodiques (40 par jour grand maximum...) qui peuvent s'expliquer par le positionnement de l'image sur l'article de Wikipédia anglaise.
            • L'image du jour du 29 juin 2009, c'est un panorama de New York City... les stats donnent une moyenne de 600 à 700 hits par jours et l'on peut voir un pic de 53000 hits pour le jour en question.
              Le fort taux de consultation hors Image du jour est due à la présence de cette image au milieu de l'article anglais de New York City.
            L'image de l'année 2008 de Commons, résultat de long mois de débat, de vote, de discorde (si si si hélas...) parmi les images ayant été primées en 2008 (je simplifie un peu la, ce n'est pas mon propos ici...), les stats de juin 2009 (sur Commons) montrent un pic de 7500 hits le 3 juin, jour de l'annonce probable sur Commons. On remarquera que la POTY de Commons est moins consultée qu'une image du jour de la Wikipédia anglaise...

            Ce que je conclue des trois exemples est assez simple: le fait que l'image soit 'Featured' ne change pas grand chose à sa fréquentation hormis les quelques jours de gloire qu'elle peut avoir, elle ne doit sa fréquentation usuelle qu'à cause de son positionnement dans un article. Plus l'article est fréquenté plus l'image sera visible.

            Il y a bien sur des visibilité liées à une actualité spécifique, quand l'image se retrouve en page d'accueil d'un Wikipédia, mais elles sont par nature très limitées, on peut se poser la question de savoir quand cela devient de l'auto congratulation d'ailleurs...

            D'une manière similaire, quand on veut illustrer un sujet (par exemple mettre une image sur un article de Wikipédia) et utiliser Commons comme base de départ, on retrouve le même aspect du problème, que l'on utilise un moteur de recherche (interne ou non) ou la catégorisation de Commons quand cela est possible et suffisant (oui, parfois l'image est mal ou pas catégorisée...), on aura la même constatation: Le nombre d'images de Commons dépasse les 4 millions, donc les images primées sont minoritaires et noyées dans la masse, il y aura de très faibles chances qu'une image primée soit disponible pour un sujet quelconque, le fait de primer une image n'aide donc absolument pas à la visibilité d'une image. En revanche, le fait d'utiliser une image peut la faire primer mais bon j'aurai tendance à voir ça comme un effet parasite, le but d'utiliser une image sur Wikipédia ne devrait pas être de la faire primer...

            Pour conclure...

            Tout cela me donne l'impression que ces procédures de 'pseudo-certification' sont ici des usines à gaz, à discordes pour au final un résultat très symbolique, on peut bien sur s'en servir pour trouver de magnifiques Wall Papers, pour gonfler l'ego des photographes ou faire des communications aux journalistes en disant 'on a des images exceptionnelles...' au final les images en question ne seront pas plus vus que les autres, si l'on excepte les épiphénomènes précédemment cités... Je me demande si on ne s'est pas éloigné un peu du but qui était recherché et si on est pas en train de perdre notre temps depuis le début...

            Monday, June 29, 2009

            Quand ça part d'une bonne idée...

            Je reviens sur les tentatives de lutter sur le plan idéologique contre la loi HADOPI, notamment sur les montages vidéos et détournement qui ont été réalisés pour sensibiliser l'opinion à la problématique. Notamment une d'elle mettant en scène les personnages de Brazil sur des dialogues ressemblant fortement au style de Mozinor...

            La vidéo en question est la.


            J'ai trouvé et je trouve toujours cette vidéo comme "pas si bonne que ça"... Non pas pour son aspect comique/burlesque qui ne plaît pas forcément, personnellement je n'accroche pas mais bon je n'interdis pas aux autres de rire. Mais surtout parce que le détournement, est à mon sens, réalisé dans le mauvais sens:

            Quiconque ayant vu le dit film (qui a été diffusé sur les ondes hertziennes de nombreuses fois), saura que Harry Tuttle est un individuel excentrique, "plombier", terroriste (difficile de le nier), luttant contre un état totalitariste, qui incarne d'ailleurs une forme de résistance et de contre pouvoir tout au long du film...

            Je trouve en l'occurrence le détournement comme mal adapté , car il perd en force, dans la mesure où Tuttle est présenté dans un usage contre nature, autant dans certains cas, cela peut se comprendre et être même profitable, autant la, cela va à l'encontre de la logique. Ça n'aurait rien coûté rien de mettre d'autres personnages du film dans le rôle des exécutants de l'HADOPI (Je pense en l'occurrence aux plombiers "officiels" du film) et de mettre le même message.

            En bref, sur le fond, y a de l'idée, mais je trouve la mise en forme très bof et décevante...

            Wednesday, June 24, 2009

            De la couverture photo d'un festival...

            J'ai eu l'occasion de couvrir à titre personnel quelques festivals (festivals de BD, des festivals en rapport avec des auteurs, Mang'Azur..., des concert organisées par des associations locales, des événements locaux, etc.) ...

            Concert du 19 juin à l'USTV

            Mes buts étaient et restent généralement de:
            • Passer un moment agréable, en discutant si c'est possible avec les personnes présentes...
            • Agrémenter ma galerie sur Flickr.
            • Poster certaines photos sur Commons.
            • Fournir des photos / souvenirs aux personnes photographiées.
            • Promouvoir le Libre, surtout par la Licence Libre des photographies.
            A noter que je parle de Flickr ici, mais la démarche et les conclusions que j'en tire reste probablement les mêmes que pour d'autres services d'hébergement de photographies...

            Si je dois décomposer en étapes le processus:

            Avant le festival:
            • Vérifier les dates de l'événement.
              Même si ça parait idiot, c'est utile de connaître et vérifier les horaires...

            • Prévoir son matériel.
              • carte mémoire utilisable.
                Oui si elle est pleine avant de commencer, on est un peu gêné, mais bon ils font des carte 8 go pas cher de nos jours... ca simplifie bien la vie...
              • batterie chargée.
                Oui, même constat...
              • en option, un deuxième jeu de batterie.
                Utile pour prendre des photos en continue pendant 3h...
              • trépied, déclencheur à distance?
                Probablement non nécessaire, à part pour tenter quelques plans panoramiques...

            • Se demander ce que l'on va photographier.
              • Des auteurs de BD ou de littérature?
                A priori, si ils sont en train d'effectuer une dédicace en public, le droit à la vie privée est difficilement opposable.
                Hors de ce cadre, je me contente d'éviter des publications ou même des prises de vues sans le consentement.


              • des dédicaces?
                Une dédicace reste couverte par le droit d'auteur, une photographie nécessitera l'accord de l'auteur, même si il n'est plus propriétaire de la dédicace. Donc pour un usage personnel, sans problème, pour mettre sur Commons, c'est en général impossible. On peut parfois invoquer le De minimis, mais uniquement si l'œuvre protégée par le droit d'auteur n'est pas le sujet principal de la photographie...
                Au final au moindre doute, pas sur Commons... et sur Flickr, une licence -NC-ND, pour éviter d'avoir ou de créer des soucis...

              • Dédicace par Valp

              • des cosplays?
                Les cosplays sont tolérés, mais légalement, ceux sont des oeuvres dérivées non autorisées... Il ne faut pas oublier non plus le droit à la vie privée et les sujets potentiellement mineurs... Donc toujours laisser le choix de ne pas prendre une photographie au cosplayeur de ne pas le prendre ne photographie.
                Même chose, au moindre doute, pas de publication, pas sur Commons d'une manière générale.


              • Cosplay de Cloud - P1030427

              • d'autres choses? Se méfier des constructions récentes nécessitant un architecte... pas de liberté de panorama en France, bien sur pour de l'usage personnel, ça posera rarement des problèmes, mais pour Commons, ça ne passera pas.
                Encore une fois, cela concerne surtout les panoramas et les photos du contexte...

            • Se poser la question si il est utile d'avoir une accréditation presse ou non.
              Dans les petits festivals, en lieu public c'est généralement non nécessaire. En revanche sur des conventions importantes, cela peut être utile, surtout pour circuler plus librement voir rapidement. Cela peut aussi permettre de dissiper toute ambiguïté quant au droit à l'information...
              De toute manière, le droit de prendre des photos est le même qu'on soit journaliste (ou assimilé) ou non, cela permet d'accéder dans des concerts à des endroits privilégiés par contre, ne faisant pas globalement de photos en concert, je ne peux pas trop en parler...
            Le pendant:
            • Repérer les lieux.
              Grosso Modo, savoir qui est , ou du moins qui sera où...
              J'évite de prendre des photos de personne avant d'avoir fait un tour complet... c'est plus une préférence personnelle qu'autre chose.
            • Repérer des événements possibles.
              Si un événement se prête à une prise de photo, et que celles si sont autorisées, cela peut être utile...
            • Éviter de gêner les personnes prises en photo.
              D'une part dans le sens organisationnelle, elles ne sont pas forcement la pour être prise en photos, d'autre part, en évitant de les prendre avec un flash, d'une part parce que le flash a une tendance à dénaturer la lumière, d'autre part parce que ça gène...
              Je retiens deux 'écoles', soit demander à la personne de prendre la pose, soit prendre une photo de la personne dans son activité. Je préfère la seconde, bien que cela ne donne pas forcément de bons résultats, mais au moins, on peut dire que c'est une pose naturelle...
              Enfin je suppose que le fait d'avoir un badge presse ou une accréditation visible change un peu la donne...
            • Si l'événement dure plusieurs jours, transférer sur un autre support les photos si possible.
              Bien qu'il y a peu de risque de saturer la carte mémoire, c'est toujours bien d'avoir une sauvegarde hors de l'appareil photo...
            • Pour les photos de personne connue, toujours prendre une photographie de son nom, si possible...
              Oui oui, vous avez de la mémoire, mais 1500 photos et 2 jours plus tard, saurez vous encore le nom en question?
            • Répondre aux questions:
              Si des personnes posent des questions sur le devenir des photos, ne pas hésiter à leur répondre.
              Maintenant selon le type d'interlocuteur, j'aurai tendance à mettre en avant soit l'usage personnel, soit l'usage pour Wikipédia... Avec des agents de sécurité, j'invoquerai le premier argument, avec des personnes qui peuvent être plus favorables, je hésiterai beaucoup moins à présenter les projets de Wikipédia et à leur proposer de 'valider' les photographies si nécessaires avant de les mettre en ligne...
              C'est avant tout une question de politesse, à partir du moment ou la personne participe à un événement public en tant qu'invité, elle ne peut que très difficilement contester la publication d'une photo la présentant dans les conditions attendues de la manifestation. (En d'autres termes, qu'une photo puisse ne pas plaire est une chose, porter honneur à une personne en publiant une photo 'volée' en est une autre, et même dans ce cas la...)
            L'après:
            • Transférer les photos sur l'ordinateur si cela n'est pas déjà fait.
            • Trier les photos.
              Réaliser le premier tri: Éliminer toutes les photos floues ou ayant de sérieux problèmes ou défauts.
              Shift-Del pour les photos floues sous Windows...

            • Faire un second tri,
              se demander quelles sont les photos valables pour Flickr et éliminer les doublons : un appareil peut prendre des prises en rafales, ca ne veut pas dire que vous devez tout publier :o, en général une ou deux photos sont suffisantes.
            • Hiérarchiser, classer les photos.
              Ranger les photos de manière à pouvoir mettre les informations intéressantes plus facilement.
              Cela peut être le nom des auteurs, le lieu de la prise, le jour etc.
              Renommer les photos suivant le schéma suivant me parait assez correct
              - Événement - N°Photo (eg: P0000123)
              cela offre l'avantage d'être sur d'avoir un nom unique par photo...
              C'est probablement le truc le plus chiant et le plus long de toutes les étapes...

            • Ne pas hésiter à corriger la luminosité et le contraste
              si cela est possible de le faire sans dénaturer la photographie.
              Personnellement je préfère éviter d'y toucher, à moins que ce ne soit vraiment nécessaire...

            • Publier les photos (sur Flickr),
              prévoir au besoin:
              • d'utiliser des outils de batch si nécessaire,
              • de ranger les photos dans un ou plusieurs albums,
              • les tags à apposer et bien sur les apposer.


            • Contacter les personnes qui ont manifesté un intérêt pour certaines photos:
              Parfois les personnes qu'on photographie sont intéressées par leur photographie.
              Cela peut arriver qu'elles veuillent voir les photos avant publication, il ne faut pas oublier d'être conciliant...
              Ce n'est pas parce qu'on peut se comporter en "barbare" qu'on doit l'être...
              Encore une fois, ça peut être l'occasion de discuter avec des personnes voir de les sensibiliser au libre...

            • Publier certaines photos sur Commons:
              • Se demander si il ne faut pas faire un autre tri, afin de ne garder que l'essentiel et l'utile.
                Mon raisonnement actuel est que trop de photos nuit à leur visibilité globale.
              • Bien sur, prévoir une description appropriée, une licence, une date, une source (typiquement 'own work'/'travail personnel') afin d'éviter que les photos soient effacées au bout de quelques jours pour cause d'information obligatoire manquantes...
                Après, y a des gens qui disent que les administrateurs de Commons sont méchants et peu polis... je préfère dire 'pas de fumée sans feu...' .
              • On peut aussi songer à
                • utiliser un outil tel que Commonist
                  indispensable si on a plus de 50 photos à traiter...
                • un schéma de nommage adapté, pas de doubles espaces dans le nom des fichiers par exemple...
                • la création d'un modèle donnant la description, la géo-localisation et la catégorisation de l'événement.
                  Je sais que certaines personnes vont me dire que les modèles gênent à l'interaction des nouveaux utilisateurs, mais bon, les descriptions sont génériques, et au vu de comment les demandes de bots que j'ai posé ont été acceptées et traitées sur Commons, je préfère utiliser un modèle et le corriger une fois que devoir corriger à chaque coup la description de 150 photos à la main... C'est particulièrement vrai pour des fautes d'orthographe non vues sur le moment...
                • des catégorisations supplémentaires à faire pour chaque image... typiquement, pour des photos représentant des auteurs, on peut envisager de créer la catégorie nom + prénom et/ou pseudonyme, avec la mention (author) ou (auteur) à coté, si il existe déjà une catégorie n'ayant rien à voir...
                  Cela peut être fait après (ou jamais...) bien sur...

            • Informer
              les contributeurs des projets Wikipédia en relation avec l'événement pour placer les images sur des articles n'ayant pas d'image ainsi que pour placer des liens vers les catégories Commons si nécessaire.
              Le but est évidemment d'avoir des photos utiles... Idéalement Il faut que les photos soient liées à des articles ou à des liens depuis les articles, typiquement par l'utilisation de ce genre de modèle {{Commons|Commons:Category:Toto|Photos de Toto}}...
              En pratique si on peut avoir au moins entre 1 et 3 photos par auteur présent, ce sera bien, si ces photos sont correctement catégorisées et mises sur les articles de Wikipédia, ce sera encore mieux...

            Si je dois faire un bilan, je dirai que je passe plus de temps à trier, classer, renommer des photographies qu'à en prendre... Mais c'est indispensable pour que les photos puissent être utiles et visibles. Bien sur, parfois on peut y consacrer plus de temps, parfois moins de temps, à certaines étapes on peut se faire aider ou compter sur d'autres personnes, mais il faut d'abord avoir mis les photographies en lignes pour cela...