Gadget

This content is not yet available over encrypted connections.

Tuesday, April 10, 2012

Photographes : prétention et réalité

Je lis souvent sur Internet des rigolades ou du mépris ouvertement affiché envers des personnes qui se disent 'photographe'. Avec effectivement, parfois voire souvent des photos 'pas terribles', prises à l'emporte-pièce parfois mal cadrées...

L'analyse est exacte, Il y a effectivement des personnes qui ont des pages Facebook ou des blogs, qui se disent photographes et dont les travaux, si on peut les qualifier ainsi pêchent par bien des aspects. Maintenant, je trouve que le discours tend trop à inciter à la haine et au mépris de personnes qui n'ont pas vraiment fait de mal à quiconque... C'est un peu un mal de notre société et d'Internet, le faux sentiment d'anonymat rend la critique facile et parfois pas très pertinente.

Il est vrai que certaines personnes ont de grosses chevilles, c'est sûr, mais au final, c'est humain, c'est un peu le besoin d'exister, et d’être potentiellement reconnu par autrui. Parfois la reconnaissance n'est même pas voulue.

Kit de photographe:
Appareil photo et flash: attention, ne vous laissez pas abuser:
la photo a été prise avec un téléphone portable...

Je me contenterai de rappeler deux définitions:
  • Une définition du terme "photographe":
    "celui ou celle qui prend une photographie".
  • Une définition complémentaire, celle du "photographe professionnel":
    "celui ou celle qui vit de son activité de photographe".
    Qu'il fasse de la Presse, de l'Art ou qu'il prenne des boites de petit-pois en photo, peu importe du moment qu'il est payé pour le faire.
     
Aucune de ces définitions n'est liée à une appréciation de valeur ou de qualité. Elle n'est pas non plus liée au matériel utilisé. Le corollaire est que quiconque ayant un appareil photo (y compris un jetable ou un portable) et appuyant sur le déclencheur peut prétendre être un photographe.

On peut aimer ou ne pas aimer ce que fait une personne, que cette activité soit faite dans un cadre professionnel ou non. Un professionnel pourra être sérieux ou non. La prestation qu'il pourra fournir et réaliser contribuera ou non à sa réputation et au sérieux de son image. En tant que professionnel, il aura des créneaux de disponibilité généralement plus grands qu'un amateur et pourra y consacrer plus de temps et de moyens qu'un amateur, en supposant évidemment qu'on le contacte suffisamment tôt pour effectuer un travail, évidemment qui dit travail suppose rémunération...

Exemple de post-traitement simple:
changement d'ambiance et recadrage.

On assiste aussi, avec Internet, à une évolution des techniques photographiques, avec des cas où le post-traitement prend de plus en plus de part à l'appréciation visuelle des photographies. Certaines personnes ont tendance à considérer post-traitement comme de la photographe, je pense qu'en regardant la définition, c'est une autre activité, qui lui est complémentaire mais non obligatoire, si je devais la nommer, je parlerai d'activité de graphiste.
Exemple de post-traitement plus abouti:
Un élément du décors a été redessiné et coloré.
Le travail sur l'ensemble de l'image reste relativement faible:
au plus quelques heures.

Parfois le travail de post-traitement se fait selon une idée qui au final dégrade la qualité perçue de la photographie, je constate aussi qu'on ne voit que trop rarement l'image de départ pour pouvoir se faire une idée du type de travail qui a été réalisé. Parfois les types de post-traitement sont 'simples', impliquant seulement des changements de tonalités ou de contrastes ou au contraire, 'complexes', impliquant plus de temps et de moyens, l'appréciation qui en faite n'est pas nécessairement corrélée avec le difficulté technique de réalisation. Parfois des effets de bords similaires à l'effet placebo peuvent être observés tels que ceux liés à la présence d'une signature: la signature pourra être interprétée ou non comme gage de qualité, la photo sera alors mieux perçue par certaines personnes ou pires pour d'autres...

Il ne faut jamais oublier que l'appréciation d'une photo est subjective, du fait de connaître son origine et son thème, du fait de l'éducation qu'on peut avoir reçu, du fait que l'on puisse connaître ou non la personne photographiée, du fait que cela peut être la première photo que l'on voit ou la 100000eme...

Il ne faut aussi pas oublier que tout photographe a bien commencé un jour en n'ayant jamais fait de photos auparavant: Le jour ou il a appuyé sur le déclencheur, il est devenu photographe, cela ne veut pas dire que la photo était réussie, bien composée, pas floue et qu'elle a été appréciée par tout le monde.

il me semble donc important de faire un preuve de civilité et d'éviter les vulgarités et autres banalités quand on découvre une photo qui n'est pas terrible: elle résulte généralement d'un effort ou d'une volonté de faire plaisir. Rien ne justifie de s'acharner sur la personne l'ayant réalisée, que ce soit de face ou dans son dos. Si vous le faites, c'est qu'au final vous ne valez pas mieux que la personne critiquée.

No comments:

Post a Comment